Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 19:30

Je fais une pause dans la traduction des poèmes d'Edgar Allan Poe, pour vous présenter un poème qui raconte un moment marquant de la partie de jeu de rôles d'hier soir

 

Le jeu de rôles en question, Würm, se passe dans la préhistoire. Les personnages joueurs, cinq enfants néandertaliens, ont accompagné la chamane du clan pour aller cueillir de l'ocre. Or, juste à l'entrée du site sacré, elle se fait attaquer par un loup furieux. Passera-t-elle la nuit ? Au plus noir de la nuit, voici que s'approche le mégacéros noir, un cerf gigantesque dont les bois ont trois mètres d'envergure ; dans leur mythologie, c'est le messager de la mort qui emporte les âmes des défunts dans ses bois, l'équivalent de l'Ankou pour les bretons... Quelle ne sera pas la joie et leur fierté de réussir à le mettre en fuite, et de constater qu'au matin la blessée est hors de danger !

 Le mégacéros noir / / La chamane repose, elle est agonisante, / Le loup qui l’attaqua n’était-il furieux ? / Ne serait-il pas temps de faire nos adieux ? / Le mégacéros noir, silhouette imposante / / S’avance à pas posés, de sa démarche lente ; / Il veut la ramener auprès de ses aïeux ; / Ce présage est atroce, innommable, odieux ; / Ne cédons à la peur, elle est paralysante ! / / Ce n’est qu’un très grand cerf, nous pouvons le chasser, / Montrons-lui notre force, il n’osera passer, / Il ne remportera nulle âme en sa ramure ! / / Victoire ! A-t-il eu peur ? Il a fait demi-tour / Et s’en est retourné dans la ténèbre obscure ; / Et notre amie est sauve, et vient enfin le jour ! / / Stellamaris

(Illustration issue du supplément Les contes des porteurs de bois N°1 pour le jeu de rôles Würm disponible sur le site des éditions Icare)

(Sonnet français)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Jeu de rôles
commenter cet article

commentaires

annie 10/06/2014 16:40


Bonjour Stell.


Un repos qui promet du beau travail au vu de ce premier sonnet dont nous attendons la suite avec impatience !


BRAVO !


Bisous.

Stellamaris 10/06/2014 17:29



Merci infiniment, Annie ! Bises !



Valentine :0056: 09/06/2014 16:42


Superbe, Stellamaris !! 

Stellamaris 09/06/2014 22:17



Merci infiniment, Valentine ! Bises !



Lenaïg 08/06/2014 21:56


  Magnifique sonnet ! La volonté de vivre s'est montré la plus forte, sinon en la chamane blessée, du moins chez
ses jeunes compagnons et l'impressionnant  mégacéros noir n'a pas insisté. Bises, Stellamaris.

Stellamaris 08/06/2014 22:05



Merci de tout coeur, Lenaïg ! Bises !