Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 11:54

Et voici le (presque) épilogue de ce jeu de rôles : Héléna se trouve face à Xura, l'entité qui tient Alwena prisonnière...

("presque" épilogue, car après il lui restera à convaincre ses compagnons de la réalité de la victoire... Ce ne sera pas simple...)

Xura / / (Héléna) / Qui donc es-tu, Xura, pour vouloir te repaître / Ainsi de nos terreurs, parsemant nos chemins / De ta douleur ? / Devant toi, tout est vain, et l’on voit disparaître / Toute joie en fumée ; ah, cruels examens / Pour notre cœur ! / (Xura) / / Je ne suis que vos pleurs agrégés en un être, / Somme des désespoirs de tant et tant d’humains, / de leur malheur ! / / Je suis votre miroir, ne me nommez donc traître / Si le désir est vain et n’a de lendemains, / Si meurt la fleur ! / / Nous avons trop souffert de vaines espérances, / Mieux valent les sanglots, ils sont encor moins rances ! / Tous le disent en moi, tous ceux-ci que je fus, / En chœur confus ; / / Viens donc te fondre en nous, la ténèbre est sagesse / Et seule véridique, accueille son ivresse, / Viens donc boire à foison au vin noir de ses futs / Toujours profus ! / / (Héléna) / / Xura, je te comprends ; mais regarde plus loin ; / Sache donc, mon ami, je connais la souffrance / Autant que toi ; / Pourtant, je suis debout ! Je t’en prends à témoin ! / J’ai perdu mes amis, mes jambes, et la danse ; / De bon aloi, / / Pourtant, fut l’accident ; je ne regrette rien, / Mais j’en fais mon appui, c’est ainsi que j’avance, / Avec la foi / Que de l'adversité surgit un plus grand bien, / Que vivre est un miracle, encor plus qu'on ne pense, / Ou qu’on ne voit ! / / Je pourrais te haïr mais je te tends les bras, / Reposes-toi donc sur mon sein ; tu renaîtras, / Tu verras la valeur immense de ta vie / Te faire envie ! / / (Xura) / / C’est vrai ? Je n’ose y croire… Et pourtant, ta chaleur / Fait fondre le glaçon qui fut toujours mon cœur ; / Je me dissous dans cette extase inassouvie, / L’âme ravie ! / / (Il disparaît, avec pour la première fois depuis des éternités une lueur de joie sur son visage) / / Stellamaris

(Illustration : "Le cri", de Edward Munch)

(Double sonnet à codas)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Jeu de rôles
commenter cet article

commentaires

Lenaïg 20/08/2013 18:51


  ->

Stellamaris 20/08/2013 18:58



 Aucun souci, Lenaïg ! Bises ! 



Lenaïg 20/08/2013 13:56


  Bonjour Stellamaris. Je suis déjà venue savourer la beauté de ton sonnet plusieurs fois. Oserai-je un "rebond"
cette fois ?


 


Dans le monde du rêve aux lieux du cauchemar,


Se tenait donc Xura, l'entité masculine


Captant dans ses filets sombres de désespoir


Les rêveurs ravagés par le grand mal qui mine ...


 


Geolier sans faire exprès, dans ce pays du songe,


Victime lui aussi, tout autant que bourreau,


Symbole des malheurs, gonflé comme une éponge,


Véritable trou noir, tel que ceux de là-haut ...


 


Son esprit fortifié permet à Helena


De tenir à Xura le bon discours qui porte ...


Nous n'allons pas tarder à revoir Malwenna,


Il nous faut découvrir derrière quelle porte ...


 


Encore merci pour le plaisir de lecture procuré, bravo bien sûr ! Bises !

Stellamaris 20/08/2013 14:08



Merci de tout coeur, Lenaïg, ton "Rebond" est génial ! Bises !



Thérèse Ruffault 19/08/2013 13:19


La comparaison avec "Le Cid" m'avait également frappée ; tu as vraiment le sens de la tragédie : rythme, choix des mots, exaltation des sentiments...J'adore!


Bises.

Stellamaris 19/08/2013 13:21



C'est trop, Thérèse... Mais merci ! De tout coeur !


 


Bises !



annie 17/08/2013 21:36


Stell,


Je pensais à un recueil du style de l'Etre et du Néant...


Pour les romans il est vrai que c'est une autre paire de manches mais je crois et suis même certaine que tu en es capable... Il est vrai qu'écrire en rimes devient tellement coutumier
que l'on en oublie la prose!!!


Affaire à suivre pour toi, quant à moi je lirais!!!


Bonne nuit et bisous.

Stellamaris 17/08/2013 21:50



Je ne sais pas encore, mais j'y pense... Merci Annie ! Bises !



annie 17/08/2013 21:21


Bonsoir Stell.


" Je ne suis que vos pleurs agrégés en un être"...C'est beau Stell et tellement vrai...


Tu as le sens théâtral vraiment...


Qu'un recueil naisse de ces érits à nouveau et je t'applaudirai à plaisir!


Bonne nuit.


Annie

Stellamaris 17/08/2013 21:30



Merci infiniment, Annie ! J'y pense, un roman parsemé de poèmes qui raconterait ce jeu de rôles, ce voyage à travers les contrées du rêve, mais je suis nettement moins à l'aise avec l'aspect
romanesque... Bises !



flipperine 17/08/2013 16:39


certains ont beaucoup de courage malgré tous les malheurs qu'ils subissent et d'autres se laissent aller

Stellamaris 17/08/2013 17:20



Tout à fait ! Bises, Flipperine !



Valentine :0056: 17/08/2013 15:21


De mieux en mieux ! Ces "stances" sont vraiment dignes de celles du CID, on sent que tu es de plus en plus maître de ta versification. Bravo !

Stellamaris 17/08/2013 15:32



Merci de tout coeur, Valentine ! Bises !